• 1
  • 2
  • Vous aimez écrire, votre imagination déborde !

    Alors, rejoignez-nous ! Depuis 1996, l'Association ENCRES VIVES s'est constituée par une réunion d'écrivains et de poètes dans le but de défendre et promouvoir notre belle langue et d'organiser un concours de nouvelles et de poésies. Lire la suite...
  • 1

Les ateliers d'écriture 2018

Atelier d'écriture au foyer laïque de Cholet - mercredi 17 janvier 2018 - préparés et animés par Guy Roy et Joseph Guédon.

Thème :

Vous êtes réunis pour une soirée festive. Vous devez la raconter en utilisant les mots annoncés dans l'ordre. Vous composerez deux phrases : la première intègre le mot annoncé. La seconde comporte en son milieu la conjonction et. Mots annoncés : fête, oxymèle, youp, rab, lallation, apéro, ivresse, quartaut, unisson, euphorie.

 

Réjouissances

En cette soirée mémorable de l'anniversaire de ma belle-mère, nous sommes réunis à la maison de retraite. Toute la famille est rassemblée pour faire la fête. C'est la joie dans l'établissement, et j'ai apporté mon appareil photo. Mon épouse a confectionné un joli bouquet à l'aide de son oxymèle, cousin germain du célèbre couteau Opinel. Je réajuste mon noeud papillon, et j'essaie de me faire une beauté. Youp ! Me voilà fin prêt. Ma fille Catherine jette un coup d'oeil sur le petit mot qu'elle a préparé, et s'inquiète un peu. Le chat de belle-maman est là aussi. Il attend avec impatience sa part de gâteau. Il y aura sans doute du rab. Le vieux matou va d'une personne à l'autre, et déjà s'en lèche les babines. Nous attendons avec impatience le petit discours de mamy, une lallation en quelque sorte. Je la vois qui jette un regard furtif sur un morceau de papier jauni. Elle tremble un peu, et chausse ses lunettes. Le moment est crucial. Ensuite, l'apéro sera servi. Je commence à avoir faim, et j'ai l'estomac dans les talons. Bon papa est assis dans son fauteuil roulant, chantant à tue-tête : Il faut vivre avec ivresse sa jeunesse. Il est content de lui, et en rajoute un peu.

Il est quartaut pour se quitter. Papy somnole et sa tête dodeline un peu. Toute la famille chante à l'unisson. Le chat écoute avec une certaine excitation, et esquisse un pas de danse. L'assemblée rit aux éclats. C'est l'euphorie la plus complète. La presse est invitée pour l'évènement, et dans quelques jours, nous aurons un bel article dans le journal local.

Rédigé par Joseph Guédon

 

pour info :

Oxymèle : boisson amère chez les Celtes

Lallation : babillage chez le nourrisson

Quartaut : fût de bois, le quart d'une barrique

 

Atelier d'écriture du mercredi 21 février 2018 à la résidence Montana de Cholet. Composer un texte avec les mots suivants, et dans l'ordre : hiver, sauvage, désir, printemps, poudreuse, tapis, épanouir, traîneau.

Texte rédigé par Joseph Guédon, organisateur de cet atelier.

"La jonquille sauvage.

L'hiver se termine. Cette année, il fut particulièrement pénible. La température était nettement descendue au-dessous de zéro. La terre resta gelée profondément pendant plusieurs semaines. Aujourd'hui, les beaux jours arrivent. Le côté sauvage de la nature s'estompe peu à peu. Les arbres commencent à bourgeonner et les fleurs petit à petit pointent le bout de leur nez. Elles ont le désir de se montrer très rapidement afin de plaire aux promeneurs qui ne vont pas tarder à parcourir les sentiers de ce joli coin de l'Aubrac.

Ouf ! Le printemps est là. Ce matin, le temps est propice à la promenade. J'espère en profiter au maximum. J'ai remisé les raquettes et les skis. J'avance dans un de mes chemins préférés. Je connais un endroit où les jonquilles sauvages abondent. Seront-elles là ? Il est derrière moi le temps de la poudreuse. Je marche serein, scrutant avec la plus grande attention. Soudain, j'aperçois un lièvre au gîte, tapis à quelques mètres de moi. A ma vue, il déguerpit, en bondissant de droite et de gauche, puis part en ligne droite. De chaque côté du chemin, les primevères sont en fleurs. Elles n'ont pas eu de peine à s'épanouir. J'arrive à mon endroit préféré. Les jonquilles sont là. J'ai l'impression qu'elles m'attendaient. La tentation est forte. Les décapiter serait commettre un crime. Je préfère les dévorer des yeux. J'en vole tout de même quelques-unes avec mon appareil photo.

les saisons se suivent et ne se ressemblent pas. Il y a peu de temps encore, dans la froidure de l'hiver, j'avançais péniblement accompagné de mes chiens de traîneau."

 

 

 


Cholet, partenaire d'Encres Vives
Cholet, partenaire d'Encres Vives